Rhizoctone

 

Cette maladie causée par Rhizoctonia cerealis était présente mais discrète sur le territoire. Elle a récemment fait d’importants dégâts.

*         Comment je la reconnais ?

Dès montaison, des taches bien dessinées, souvent imbriquées et blanches au milieu, sont observables au bas des tiges (plateau de tallage à au-dessus du second nœud). Le mycélium est gris clair puis vire au marron en surface, mais blanc sous les gaines. Ces dernières sont lacérées.
Les racines ne présentent pas de traces de la maladie.

Attention !
Le piétin-verse provoque une seule tache diffuse entre le plateau de tallage et le 1er nœud, la fusariose, des taches brunes en trait de plume (et le nœud peut nécroser).

*         Ses conséquences ?

Faibles avant 2012, elles sont désormais non négligeables.

*         Et pour la combattre ?

Le champignon se développe mieux en sols bien drainés, secs et sableux.

En prévention

En cas d’infection

-   Broyer superficiellement les résidus contaminés.
-   Préférer un semis tardif.
-   Limiter les apports d’azote, préférer le potassium.
-   Profiter de la concurrence avec le piétin verse.

Un traitement de semences à base de fludioxonil, difénoconazole et sédaxane existe mais il n’y a pas de fongicide en végétation.

rhizoctone, meshectares

 
rhizoctone, meshectares

 

 

Télécharger la version PDF